Tour de Seine Maritime en vélo de route en 3 jours.

Compte-rendu:

 

Je profite de ce week-end de 3 jours du 15 Août et de ma bonne forme suite à mon périple de 1800km dans le sud de la France pour faire un tour presque complet de la Seine Maritime.

 

Certes, je connais déjà dans les grandes lignes ce parcours, puisque j’avais déjà fait Rouen – Le Havre en VTT et aussi en vélo de route, longer toute la côte en VTT et Dieppe – Rouen en VTT et en vélo de route.  Mais cette fois-ci le programme est un peu différent : Rejoindre Le Havre depuis Rouen, en longeant au maximum les méandres de la  Seine et donc une longue étape d’au moins 140km. Puis longer la côte via la vélo-route jusqu’à Dieppe. Et enfin finir de longer la côte jusqu’au Tréport pour rejoindre Rouen.

 

J’ai souhaité voyager très léger donc sans tente et sans popote mais j’ai eu beaucoup de mal à trouver mes hébergements en ce week-end de vacances : Aucun membres de Warmshowers disponible sur la Havre, pas de réponse de couchsurfers  et tous les hôtels complets. Finalement, j’ai réussi à trouver un hôte Warmshowers à quelques kilomètres du Havre l’avant-veille de partir. Pour Dieppe, il n’y a  aucun membre Warmshowers mais j’ai contacté mon copain Nicolas, que je pensais encore à l’autre bout du monde mais originaire de Dieppe, pour lui demander s’il avait des connaissances pouvant m’héberger. Il me répondit qu’il était bien sur place et qu’il pouvait m’héberger chez ses parents.

 

Samedi 13 Août 2016 :

 

Départ à 8h du matin, sous une brume matinale assez fraiche. Les quais rive droite sont quasiment déserts. Par différents types de pistes cyclables, j’arrive à La Bouille après un petit arrêt devant la colonne Napoléon qui célèbre le retour via la Seine de la dépouille de Napoléon depuis Ste Hélène le 9 Décembre 1840. Il serait impressionnant d’avoir une liste de tout ce que la Seine à permit de transporter. Je me souviens d’une exposition à Paris, décrivant le transport de l’obélisque de la place de la Concorde qui terminait son voyage depuis Louxor sur une barge pour rejoindre Paris. J’arrive juste à temps pour prendre le bac à Sahurs et rejoindre La Bouille, joli petit village d’artistes mais encore complètement endormi à cette heure matinale. Je longe ensuite la rive gauche par une agréable petite route toute plate sauf à un moment une raide montée, la première, pour rejoindre Bardouville. J’arrive ensuite à Duclair pour prendre mon 2ème bac et rejoindre la rive droite sur laquelle je resterais jusqu’au Havre. En posant mon vélo un peu prestement pour aller voir un cargo en train de passer, je casse la fixation de mon rétroviseur et fini d’abimer la fixation de mon GPS. Au bac, on me demande de suivre la règle de mettre pied à terre pour monter et descendre. J’ai beau expliquer que c’est plus dangereux de marcher avec des cales automatiques que de rester sur le vélo, la règle est la règle et il faut la suivre. On suit ensuite une route très agréable qui longe la boucle de Jumièges. Du côté du Mesnil sous Jumièges,  j’aurais pu prendre le chemin de halage mais c’est un chemin caillouteux  et mon vélo de course n’est pas vraiment fait pour cela. De plus, il évite de passer devant l’abbaye de Jumièges, ce qui serait dommage. Petite pause devant l’abbaye mais je n’ai pas trop le temps de visiter de nouveau ces magnifiques ruines. Après Yainville, petit bout de route pas très agréable (montée et trafic rapide) pour rejoindre le Trait que je traverse par des pistes cyclables.  Je passe à côté de la fabrique de câble sous-marin et suis impressionné par les immenses rouleaux multicolores. Une petite route parallèle à la principale me permet de rejoindre tranquillement Caudebec en Caux où je vais pique-niquer. Une expo de photo sur le bord de Seine explique le passé industriel de Caudebec avec la construction d’hydravions et la reconversion de la Sté Revima en un leader de l’industrie aéronautique et aérospatiale. Le soleil fait enfin son apparition.  Après un passage à Villequier devant le musée sur Victor Hugo (c’est ici que sa fille Léopoldine est morte noyée par le mascaret avec son mari), on emprunte une piste cyclable en site propre, très belle mais interminable surtout si l’on a du vent de face ce qui sera mon cas.   Passage à Notre Dame de Gravenchon, heureusement au loin des raffineries, puis je m’égare un peu car les panneaux pour les cyclistes indiquent la direction de Lillebonne où je n’ai pas prévu de passer. Passage sous le pont de Tancarville puis ce sera une très longue route, tranquille heureusement, longeant l’autoroute  pour arriver à Harfleur. J’y fais une petite pause dans un parc puis m’égare encore un petit peu parmi ce dédale de pistes cyclables au milieu des voies rapides.  Je traverse toute l’agglomération havraise par sa route en hauteur. Rapide passage devant la mairie puis je fais une pause en bord de mer. Je m’offre une gaufre au spéculos car je crève de faim. J’arrive à Ste Adresse d’où la vue est superbe sur le Havre. Le quartier est assez riche. Après quelques grimpettes, j’arrive du côté de l’aéroport où je rejoins la vélo route qui longe toute la côte jusqu’au Tréport. Je la quitte à St Andrieux pour rejoindre mes hôtes warmshowers qui habitent entre Octeville et le Havre. Je retrouverais la vélo route au même endroit le lendemain. J’arrive à La Fontaine la Mallet chez Marie et Guillaume qui vivent avec leurs 2 enfants, Colline et Robin, dans une jolie villa. Guillaume est en train de finir une cabane perchée dans les arbres au moment où j’arrive. L’accueil est très sympa et nous passons une agréable soirée à faire connaissance. Marie et Guillaume aiment voyager mais ne l’ont encore jamais fait à vélo. Ils sont bien tentés et pensent essayer cette façon de voyager prochainement. Nous discutons de sujet divers : apiculture, vélo léger pour enfant, pêche sous-marine tout en mangeant un bon repas cuit au barbecue.  Guillaume me trouve une vis pour réparer mon rétroviseur.  J’ai fait 160km, 700m de dénivelé en 7h17 de vélo.

 

Dimanche 14/08/2016 :

 

Après une bonne nuit et un bon petit-déjeuner, je reprends la route vers 9h15. La vélo route est très agréable, plate, avec de beaux paysages campagnards. A St Jouin-Bruneval, je descends voir la mer dans une 1ère cavée. Puis, c’est en hauteur que je vais avoir une vue sur la mer et le port pétrolier d’Antifer. J’arrive ensuite à Etretat qui est déjà bien envahie par les touristes. Quelle chance d’être en vélo et pas en voiture en ce jour, probablement le plus chargé de l’année. Je ne m’attarde pas trop sur place car je commence à bien connaitre le lieu. Grosse remontée pour passer par Bénouville puis je quitte temporairement la vélo route pour passer par Yport et la retrouve un peu avant d’arriver à Fécamp. Je m’achète un bon pique-nique dans une boulangerie (leur tarte aux pommes est un régal !) que je déguste à l’ombre car il commence à faire bien chaud. Petit détour ensuite pour passer devant le palais Bénédictine. Il faudrait que je fasse la visite de ce beau bâtiment et de l’usine de production de la fameuse liqueur. Belle vue sur Fécamp après une rude montée. Sur le plateau, le vent est de face ce qui n’est pas très courant mais heureusement ne me gêne pas trop. Je quitte bien souvent la vélo route pour passer au plus près de la côte mais je ne fais pas tous les détours dans chaque cavée car je sais que l’étape sera longue et déjà avec beaucoup de dénivelé. Ambiance très estivale à St Valéry en Caux où je déguste une glace, je pense bien méritée. Il est déjà 17h, et je me presse désormais pour rejoindre mes hôtes de ce soir du coté de Dieppe pas trop tard. Beaucoup de monde aussi à Dieppe et je dois me faufiler entre les voitures et même prendre quelques sens interdits pour ne pas perdre trop de temps. J’arrive à Grèges, non loin de Dieppe, chez les parents de Nicolas, un copain rencontré à Rouen grâce à Warmshowers. Il a notamment fait un demi-tour du monde Japon – France de 2.5 ans et en a fait un livre qu’il a déjà vendu à plus de 1000 exemplaires. Je suis accueilli par son père puis par lui-même et sa mère quelques minutes plus tard. Soirée sympa à discuter et à regarder les JO à la télé. Nicolas organise depuis 2 ans des voyages à vélos à Sumatra. Je serais assez tenté d’en faire un l’année  prochaine. J’ai fait 145km et près de 1600m de dénivelé en 7h36 de vélo.

 

Lundi 15/08/2016 :

 

Départ à 8h45. Je rejoins rapidement la vélo route mais évite certaines portions sur de la mauvaise piste. Petite pause pâtisserie à Criel sur Mer avant de rejoindre la Tréport. J’ai encore le vent de face et je fatigue un peu en ce début de 3ème jour. Heureusement, je devrais avoir le vent dans le dos après le Tréport, en prenant la direction du Sud-Ouest. J’adore la vue sur le Tréport, son port et ses quartiers avec toutes ses maisons bien serrées. Très chouettes aussi les maisons colorées en bord de mer à Mers les Bains. C’est ici la frontière avec la Picardie et il me faut donc prendre la direction du retour. Je passe à Eu que ne n’avais encore jamais vu avant de prendre des petites routes à l’intérieur des terres pour rejoindre Rouen. Le vent est enfin dans mon dos et cela me soulage partiellement car il faut encore compter sur quelques côtes.  Je pique-nique à Envermeu, puis après un passage à St Nicolas d’Aliermont, je rejoins la vallée de la Varenne que je vais suivre jusqu’à Bellecombre. La fin de ce périple ne sera pas top dure mais il fait tout de même chaud et je trouve ces routes un peu ennuyeuses. Je rentre chez moi à 16h10 après 127km et 1024m de D+.