Oissel - Le Havre par le GR2 (VTT)


Afficher Oissel - Le Havre en VTT par le GR2 sur une carte plus grande

Samedi 30/04/11:
Il est 9h sur le parking de la gare de Oissel et tout le monde est bien présent et prêt à en découdre. Il y a Benoit L et Yohann venus en vélo depuis Oissel, Pascal venu aussi en vélo mais depuis Rouen, mon copain Cyrille depuis les Yvelines mais en voiture et moi même depuis Rouen en voiture.
Le temps est humide et brumeux. La météo n'est pas terrible pour la journée avec des annonces d'orages pour l'après-midi. Les sacs sont prêts, pas très gros mais tous bien plein. La mise en jambe est facile le long de la Seine, puis rapidement on découvre que le GR emprunte des chemins que l'on n'a pas l'habitude de prendre, le long de la Seine tout d'abord, puis la première grosse montée pour atteindre les roches d'Orival. 1er poussage de vélo. Nous
sommes maintenant au dessus de la mer de nuage. Sur le replat, la 1ère pause sera pour un peu de mécanique. 1ère crevaison d'une longue série pour Pascal et réglage de dérailleur pour Yohann. Sentier toujours aussi agréable le long de la falaise mais à suivre strictement le GR, on tombe dans des passages très chauds: Pente verticale après le passage sous le ligne haute tension puis montée en lacet impossible à faire sur le vélo. Mais cela nous fait passer au pied d'un superbe piton de craie que tout le monde n'aura pas vu car il était dans notre dos. Révélation pour Cyrille et Yohann que de passer dans les carrières de craie. Après une bonne descente, nous voilà à Orival, ayant terminé avec cette mise en bouche. Nous traversons maintenant la forêt de la Londe où l'on perd un peu les traces du GR mais grâce à la trace GPS on arrive à la Maison Brulée. La descente sur la Bouille se fait par une petite route pentue que je ne connaissais pas encore. Dommage que l'on ait loupé le passage par le château de Robert le Diable puis la descente sur chemin jusqu'à Moulineaux. Petit détour dans les ruelles de la Bouille puis courte attente pour le bac. Nous avons de la chance de ne pas être parti le 01/05 car, jour férié oblige, nous n'aurions pas eu de bac. Long passage le long du chemin de halage jusqu'à St Pierre de Manneville. Notre 4ème montée nous mène jusqu'à l'entrée de la forêt de Roumare. Il est déjà 12h30 et les ventres se creusent mais l'on se donne encore 30mn avant de pique-niquer. Superbes chemins jusqu'au parc animalier de Canteleu. Nous nous arrêtons à la 1ère table de pique-nique. Il est 13h et nous ne sommes qu'à quelques kilomètres de Rouen. La journée promet d'être longue ! Pascal répare sa crevaison lente pendant que Cyrille fait une courte sieste. Nous reprenons nos montures pour finir la traversée de la forêt de Roumare. Le ciel devient plus orageux et la pluie commence à tomber avant que l'on rejoigne St Martin de Boscherville. Mais la descente sur ce petit sentier jusqu'à St Martin est toujours aussi sympa. Je prends le risque de filmer Cyrille malgré les gouttes d'eau. Plein d'eau dans un bar avant de quitter St Martin et d'attaquer la longue montée vers Hénouville. Le tracé du GR n'est très heureux car il nous fait descendre par la route avant d'affronter la montée quasi impossible vers le cimetière de Hénouville. On y croise un groupe de vététistes avec qui l'on échange un peu de notre raid. La descente vers La Fontaine fait partie maintenant des chouettes chemins bien connus de la région. Par contre la remontée aussi sec par le chemin de Ste Anne est une 1ère pour moi. Montée raide et pas facile avec ses cailloux humides. Cyrille est toujours aussi impressionnant dans ces montées. L'arrivée sur Duclair est agréable d'abord dans ce vert vallon plein de lapins puis par cet étroit sentier surplombant la Seine. Nous traversons rapidement Duclair pour attaquer la côte du stade, la xième montée de la journée, on ne les
compte plus. On commence à sentir un peu de lassitude chez Pascal mais il continue tout de même avec nous par les chemins. Les prochains kilomètres devraient être un peu plus plats. Ils sont aussi très chouettes notamment ceux au dessus du Trait. Je commence à ressentir des problèmes de dérailleurs. Après vérifications, je vois que ma chaîne, pourtant toute neuve, est en train de se casser. Je répare en profitant de l'imposant jeu d'outils de Pascal. Nous avons échappé à un bel orage mais nous sommes qu'en même bien mouillé car le sol est détrempé. En arrivant sur St Wandrille, on commence à sortir de notre domaine habituel de randonnées. Au pied de l'abbaye, nous faisons un conseil de guerre. Il est 18h30 et par le GR il doit rester 45mn avant de rejoindre Caudebec. Nous préférons à l'unanimité rentrer par la route. Le lendemain étant un dimanche et en plus le 01 Mai, je propose d'être prévoyant et d'acheter dès maintenant notre pique-nique au Carrefour Market encore ouvert. Trop sage précaution car finalement les magasins étaient ouverts à Lillebonne le lendemain. Nous voilà enfin devant l'hôtel du Cheval Blanc, lieu de notre étape bien méritée après ces 75km et ces 1500m de dénivelés. Chambres double pour Benoit et Yohann et pour moi-même et Cyrille et grande chambre pour Pascal. Après une bonne douche, nous prenons un pot sur une terrasse devant la Seine. Nous dînons seuls à l'hôtel qui n'est pourtant pas vide (beaucoup de pensionnaires étaient de mariage). Bon repas sans grande prétention mais arrosé d'un bon cidre offert par Pascal. Nous sommes vite au lit.

 

Dimanche 1er Mai:

La nuit aura été plus ou moins bonne pour certains. Nous prenons notre petit-déjeuner à 8h. Nous aurions voulu plus tôt pour pouvoir partir vite pour cette 2ème étape qui s’annonce aussi longue que celle de la veille mais heureusement un peu moins dure mais cela n’était pas possible. Les lèves tôt en profitent pour entretenir un peu leur vélo. Petit –déjeuner classique, pas très copieux. Un affamé piquera même le croissant d’un autre. 8h50, après avoir régler les notes, nous voilà reparti en direction du Havre. On rate un peu le GR mais on le retrouve vite dans la 1ère côte qui nous mènera au dessus de Villequier. Le chemin est vraiment très agréable et pas trop dur à monter. La redescente sur Villequier est grisante et j’ai du mal à garder Cyrille et Benoit à portée de ma caméra. Court passage le long du chemin de halage. Tout le monde ne remarque pas la maison de Victor Hugo devant laquelle on passe. La remontée sur le plateau est quasiment impossible à faire sur le vélo. Il y a tellement peu de passage que ce petit sentier est encore plein de feuilles tombées l’'automne dernier. La suite est plus tranquille, entre chemins et départementales au dessus de Notre Dame de Gravenchon que nous voyons à peine. Nous arrivons assez rapidement à Lillebonne où nous jetons quelques rapides coups d'œil sur les ruines romaines du théâtre et du forum. Petites courses de ravitaillement pour Benoit, Yohann et Pascal. Benoit se fait largement pardonné du croissant du petit déjeuner usurpé le matin même en offrant des pains au chocolat à toute la troupe. Il nous fait bien rigolé car il a acheté trop d'eau et se voit donc en surcharge. En sortant de Lillebonne, juste après avoir traverser la voie de chemin de fer, un choix cornélien doit se faire. Soit prendre le chemin qui part tout droit dans la pente pour remonter sur le plateau, soit faire un contour en montant par la route. Le courage ne manquant pas, on décide de prendre le chemin. Il est en effet trop pentu et trop mal entretenu pour être praticable en vélo. Le poussage s'impose donc. Seule la dernière partie dans un étroit goulet sinueux est faisable. Après un peu de plat, une longue descente nous attend, peine interrompue par l'ouverture et la fermeture des enclos à vache. Au dernier enclos, les vaches n'ont pas l'air commodes. Il faut dire qu'elles ont leurs veaux avec elles. Nous bravons la gardienne du troupeau qui essaye de nous impressionner en passant de coté. Ouf ! Elle n'a pas bougé. Après encore une belle grimpette nous arrivons à St Nicolas de la Taille où nous profitons d'une nouvelle crevaison de Pascal pour manger notre 1ère moitié de pique-nique. Nous nous glissons ensuite dans le beau Val Eglantier. Après la remontée sur Tancarville dont on voyait le pont au loin, nous allons enfin avoir un peu de repos: 14km de plat et de descente avec le vent dans le dos, voilà qui va changer de ces interminables coup de yo-yo entre 15m et 120m d'altitude. Nouvelle pause pique-nique avant de quitter le plateau. Mais il nous faut encore traverser un grand champ qui vient d'être labouré et dont on devine à peine la trace du GR. La descente est courte mais technique avec quelques épingles à cheveu. Remontée sur Oudale, heureusement par une petite route car l'on commence à fatiguer un peu après ces 52km déjà avalés. Nouvelle descente technique avant de retomber dans un vallon envahie par le bruit de l'autoroute toute proche. La montée sur Rogerville est longue et pentue. Seul Cyrille arrive à la faire entièrement sur le vélo. Après la traversée de Gonfreville l'Orcher, on redescend sur Harfleur où nous perdons un peu le GR mais nous ne passons pas notre temps à le retrouver car un compteur vient de se mettre en marche: on souhaite prendre le train du retour à 16h13 et il ne nous reste que 30mn alors que nous sommes encore loin de la gare du Havre. On retrouve le GR à la sortie de Harfleur. Il nous reste encore une dernière montée (la 12ème de la journée) pour arriver sur les hauteurs du Havre. Nous allons maintenant au plus vite pour rejoindre la gare en suivant les panneaux de signalisation et les indications des gens. On rentrons à 16h09 dans la gare. Pas le temps de prendre les billets ! Nous les achèterons au contrôleur dans le train. Juste le temps de rentrer les 5 vélos un peu en vrac dans un wagon et voilà le train qui part. Dommage que l'on ait pas eu le temps de faire un petit tour jusqu'à la mer. Notre précipitation nous coûte un peu cher. Oissel étant à plus de 100km du Havre (102km exactement) le supplément pour l'achat du billet dans le train est de 10€ soit 25€ pour une petite heure de trajet. Pascal, nous quittant à Rouen, n'aura eu que 4€ de supplément.

Fin d'un beau raid, bien sportif dans cette belle campagne normande. La suite sera les 21, 22 et 23 Mai pour rejoindre Paris depuis Oissel.