Suivre ce périple sur Trackmytour (carte, photos et commentaires)

Carte et tracé

Vidéo courte (6mn)

Vidéo de Bâle à Belgrade en vélo (38mn)

Compte rendu thématique:

 

Les moments les plus mémorables :    

 

 Les traversées de petits villages allemands, les visites des villes de Vienne (Palais Schönbrunn, musée des carrosses impériaux, musée de Sissi, le parc Prater avec la grande roue et le Roller Coster Restaurant, l’école d’Equitation Espagnole -même si en été le spectacle est limité-, la librairie Nationale), Budapest (vue sur la ville depuis le château, les abords du Danube de jour et de nuit, les bains thermaux de Széchenyi) et Belgrade (Musée National, forteresse et église Saint Sava).

 

La visite du musée Audi d’Ingolstadt.

 

Les chutes du Rhin, la source non officielle du Danube à Donaueschingen. Les 2 portions de méandres du Danube en Allemagne et à l’entrée de l’Autriche.

 

L’observation en Autriche de joueurs de curling d’été.

 

Toutes les rencontres d’autres cyclo-voyageurs, notamment d’avoir roulé en groupe pendant 2 jours avec un couple de canadiens faisant un tour du monde de 3 ans, un anglais et un allemand

 

Les visites de l’abbaye de Melk (chère et trop touristique) et du musée du vélo à Ybbs sont bien mais je ne les classerais pas comme mémorables.

 

Des regrets ?    

 

Même si ce périple n’aura pas été le plus plaisant à cause de sa monotonie, je suis globalement satisfait de l’avoir fait et d’avoir suivi un planning d’avancement bien défini. J’aurai pu rester une 3ème journée à Vienne et me limiter à une seule journée bien chargée à Budapest. J’aurais aimé rouler plus longtemps avec d’autres cyclo-voyageurs comme ceux rencontrés les 2 derniers jours.

 

J’ai fait un détour que j’aurais pu éviter. C’est celui pour aller à Constance car les bords du lac manquent d’intérêt.

 

J’aurais aimé rencontrer plus de locaux mais cela ne semblait pas facile en Suisse, Allemagne, Hongrie. Les gens sont plus ouverts et sympathiques en Serbie.

 

Difficultés rencontrées :    

 

La principale, c’est la monotonie de ce tracé. On longe des champs de maïs ou de tournesols pendant des centaines de kilomètres. De même, des centaines de kilomètres sur des digues parfois bien asphaltées mais parfois des pistes caillouteuses ou herbeuses (notamment en Serbie). Des pistes cyclables de mauvaise qualité en Hongrie. La platitude du tracé est aussi d’une certaine manière une difficulté car l’on peut rarement se reposer les jambes.

 

Quelques portions du tracé avec peu de campings. Il faut anticiper et prévoir parfois de faire du bivouac.

 

Grosses difficultés pour être hébergé en Warmshowers dans les grandes villes en pleine période de vacances. J’ai juste trouvé des hôtes à Bâle et Bratislava mais rien à Passau, Vienne, Budapest ni Belgrade. Je me suis donc rabattu sur des Auberges de Jeunesse, camping ou Couchsurfing.

 

Météo :

 

Temps moyennement chaud en Allemagne (25 à 30°C) puis de plus en plus chaud (30 à 36°C). Attention, il y a rarement de l’ombre sur l’Eurovélo6. Pas de journées pluvieuses. Juste quelques orages que j’ai globalement évités.  Peu de vent, en tout cas faible.

 

Des mésaventures ?

 

1 seule crevaison (pneu Schwable Marathon), 2 soudures du porte-bagages arrière qui ont cédées (réparation avec de la bande adhésive extra-forte) et 1 rayon de roue arrière cassé avec donc une roue légèrement voilée.    

 

Un mal de fesse avec une nouvelle selle pas assez éprouvée. J’ai mis un patch Compeed sur la zone meurtrie puis j’ai changé la selle par une autre trouvée abandonnée dans un camping et qui m’a finalement convenu parfaitement.

 

Quelques impressions générales :  

 

Le gros avantage de cette Eurovélo6 est que l’on n’est très souvent loin du flux des voitures mais, en Serbie, notamment, le tracé peut faire des dizaines de kilomètres supplémentaires pour éviter une route un peu passante. J’ai parfois pris ces raccourcis pour réduire un peu la durée d’une étape.

 

Pas mal aussi de déviations. Ma trace GPS s’écarte donc parfois du tracé prévu pour ces 2 raisons et aussi parfois pour quelques erreurs de ma part car même si le balisage est très bon dans l’ensemble, il reste malgré tout indispensable d’avoir un guide, une carte ou une trace GPS à suivre.    

 

Je dirais qu’en moyenne 30% de l’Eurovélo6 n’est pas asphaltée. C’est malgré tout faisable en vélo de route mais avec des pneus solides et le plus larges possible. Un VTC ou un gravel sont les vélos les plus adaptés.

 

Plus on va vers l’Est et plus il est facile de trouver de l’eau (fontaines, pompes à eau) et des petits supermarchés. Ce n’est pas trop dur en Allemagne mais c’est un peu moins fréquent.

 

Formalités d’entrée dans les différents pays traversés :

 

 La seule frontière vraiment présente est celle entre la Hongrie et la Serbie. Présentation du passeport et coup de tampon sans temps d’attente. 

 

Argent :

 

Coût de ce voyage 1526€ pour 28 jours dont 151€ pour le train Rouen-Paris- Bâle et 309€ pour le vol Belgrade-Beauvais. 338€ pour les nuitées.  38€/j en moyenne sans compter le transport, un peu cher mais j’allais souvent au restaurant le soir et beaucoup de boissons achetées (bières, sodas). Prix des visites : 89€ pour le Pass 2 jours à Vienne, 2€ pour le musée Audi d’Ingolstad, 16€ pour les bains de Budapest, 7.7€ pour l’abbaye de Melk, 4€ pour le musée du vélo de Ybbs, Musée de l’histoire de Budapest 2400 Forints.

 

Le prix des campings était très variable et décroissant au fur à à mesure que l’on va vers l’Est : de 21€ en Suisse, de 18 à 7€ en Allemagne et de 12 à 0€ en Hongrie et Serbie. Idem pour le prix des bières de 0.5l : De 3.7€ à l’équivalent de 1€

 

J’ai roulé coté Allemagne (Nord du Rhin) pour ne pas avoir à prendre des Francs Suisse (mais je suis tout de même tombé dans un camping Suisse qui a bien voulu prendre mes Euros), coté Hongrois pour éviter de prendre des Kunas en Croatie mais il faut changer son argent pour avoir des Forint Hongrois puis des Dinars Serbes. Attention, il m’a été très difficile de changer mes restes de Forint en Serbie. Je n’ai pu les changer qu’à l’aéroport.

 

Rencontres :

 

On croise beaucoup d’autres cyclistes et c’est souvent de bonnes occasions de rencontres. Certains s’arrêtent à Passau, d’autres à Vienne ou à Budapest. Il y a moins de monde après, ceux qui roulent vers la mer Noire ou ceux qui rejoignent Istanbul. Parfois on se croise plusieurs fois, sur plusieurs jours. A part les 2 derniers jours, j’ai souvent roulé seul. J’ai fait assez peu de rencontres avec des locaux mais mes 2 nuitées en Warmshowers à Bâle et Brastislava étaient bien sympas.

 

Animaux :

 

C’est assez pauvre à ce niveau-là. On croise quelques oiseaux comme des cigognes, des cygnes, des rapaces mais je n’ai vu aucun mammifère. Je n’ai été que très peu embêté par des moustiques et je n’ai utilisé qu’une fois peu de répulsif. 

 

Je n’ai jamais été pourchassé par des chiens. Le risque semble plus présent tout de même en Serbie. En Allemagne et Autriche, on se demande même si les gens ont des chiens car on ne les entend même pas aboyer derrière leurs barrières.

 

Conseils :

 

Ne pas faire cette portion de l’Eurovélo 6 seul où être bien conscient que cela va être monotone, ou alors éviter les parties en Allemagne en commençant à Passau ainsi que la partie Budapest – Belgrade. A choisir, je conseille donc de se limiter à Passau-Budapest soit 684km.

 

Prendre le city Pass à Vienne (89€ pour 2 jours mais vite rentabilisé si l’on enchaîne les visites). Je n’ai pas pris ce genre de Pass pour Budapest car je n’étais pas attiré par les visites à y faire.

 

Allez très tôt (avant 9h, sachant qu’ils ouvrent à 6h) aux bains thermaux de Széchenyi pour éviter la foule.

 

Pas besoin de réserver à l’avance les campings. Cela est recommandé pour les auberges de jeunesse.

 

Si vous parlez allemand, ce périple est fait pour vous plus que si ne parlez que l’anglais qui est finalement assez peu pratiqué.

 

Gastronomie locale :  

 

Je ne peux pas vraiment dire que je me sois régalé pendant ce périple. J’ai trouvé les viennoiseries et pâtisseries moyennes et de moins en moins bonnes en allant vers l’Est, les plats nationaux (escalope viennoise et snitzels, goulash) sont bons. Les bières de bases sont bonnes et désaltérantes mais n’ont rien d’extraordinaires. J’ai bien aimé les limonades maisons. Les magasins sont nombreux et bien achalandés.

 

Quelques chiffres :    

 

  - du 21/07 au 16/08/2018 

 

  - 2144 kms en   20 étapes.  

 

  - 106h de vélo soit une moyenne de 20.2km/h.

 

  - 4643 m de D+. Moyenne de 217m / 100km

 

  -  750 photos et vidéos.

 

  - 1kg de perdu.

 

  -  7 jours sans vélo (2 à Vienne, 2 à Budapest, 1 à Belgrade, 1 pour Rouen-Bâle en train et 1 pour Belgrade-Beauvais en avion)

 

  - Etape maxi 138km, moyenne 107km.

 

Photos à 360°